Alergias_tratamiento_es-es_b_700x466_alergia-al-sol_istock_mycola

L’EPL ou allergie au soleil : causes, symptômes et traitement

Démangeaisons, douleurs et rougissement de la peau : ce sont peut-être les symptômes d’une allergie au soleil ou EPL.

Si à chaque fois que vous vous exposez au soleil, apparaissent de petits boutons rouges qui vous démangent sur le visage et les bras, il est fort possible que vous fassiez partie des personnes souffrant d’éruption polymorphe à la lumière (EPL), aussi connue sous le nom d’allergie au soleil. Cette allergie est plus fréquente pendant le printemps, lorsque la peau a passé plusieurs mois sans recevoir de radiation solaire.

Même si l’EPL affecte principalement les jeunes femmes et les personnes à la peau claire, elle n’est pas associée au cancer de la peau. Elle n’est pas non plus contagieuse, ni associée à aucune infection. 

Causes

Les causes de l’allergie au soleil se trouvent dans la radiation solaire, spécifiquement dans les UVA. Ces rayons altèrent la chimie des cellules de la peau et créent des radicaux libres. Le système immunitaire d’une personne souffrant d’EPL réagit trop à la menace de ces particules et déclenche une forte réaction inflammatoire. 

Symptômes

Même si l’allergie au soleil n’est pas une véritable réaction allergique (elle est ce que les médecins appellent une photodermatose), elle présente les symptômes typiques de cette maladie : démangeaisons, douleur et rougissement de la peau.

Les lésions peuvent être de plusieurs types : éruptions, érythèmes, vésicules, ou pustules. Elles ont tendance à apparaître sur la poitrine et la face interne des bras, parfois aussi sur le visage. Souvent, elles n’apparaissent pas sur le moment mais un ou deux jours après l’exposition aux rayons ultraviolets du soleil. 

Comment obtenir un diagnostic ?

Pour diagnostiquer cette condition, votre médecin révise votre histoire clinique et vous questionne sur d’éventuels épisodes antérieurs d’EPL, avant de réaliser un examen physique. Si le diagnostic n’est pas concluant, il effectue une petite biopsie de la peau ou une procédure que l’on appelle photo-provocation : administrer une petite quantité de rayons UV et vérifier si une éruption apparaît. C’est le même mécanisme que les tests d’allergie utilisés pour diagnostiquer les allergies. 

Quelles sont les options de traitement ?

Dans les cas légers, la prévention est le meilleur traitement. Si vous souffrez d’une allergie solaire, il suffit d’éviter l’exposition solaire, protéger votre peau avec des vêtements et utiliser de la crème solaire spéciale avec des filtres pour la radiation ultraviolette (UVA et UVB). La plupart du temps, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes.

On peut aussi utiliser la photothérapie avec le même principe que les vaccins contre les allergies : en administrant des petites quantités de rayons UV pour que la peau génère une résistance. Malgré tout, ce n’est pas une technique recommandée, car elle requiert un traitement continu et l’exposition à la radiation de la photothérapie peut augmenter le risque de cancer de la peau.

On aura recours aux corticoïdes topiques (crèmes) ou oraux (cachets) lorsque l’inflammation ou l’irritation sont sévères. S’ils ne donnent pas les résultats espérés, il existe d’autres médicaments anti-inflammatoires comme la chloroquine (aussi utilisée pour la malaria) ou des antihistaminiques. Les immunosuppresseurs réellement puissants, comme la ciclosporine ou l’azathioprine, se réservent pour les cas beaucoup plus graves.

Allergies, Diagnostic, Symptôme, Diagnostic, Médication, Traitement non pharmaceutique

Auteur : Purificación Salgado, Journaliste

Dernière modification: 13 juin 2016

© People Who Global, iStock.com/Mycola

S'abonner au Magazine