Cancer-de-piel_diagnostico_es-es_b_700x466_sarcoma-kaposi_istock_amazingmikael-2

Qu’est-ce que le sarcome de Kaposi ?

Causé par une interaction entre le VIH et l’herpès virus humain 8, le sarcome de Kaposi est une tumeur qui apparaît en général sur la peau.

Le sarcome de Kaposi est une tumeur du tissu conjonctif (tissu de support de différentes structures corporelles) qui est souvent lié au SIDA. 

Quelles sont les différentes formes de sarcome de Kaposi ?

Avant l’apparition du SIDA, le sarcome de Kaposi se présentait principalement chez les hommes d’âge avancé (il avait été décrit tout particulièrement dans certaines régions de la Méditerranée comme l’Italie, la Grèce ou Israël) et rarement chez les femmes. Au sein de ce groupe, les tumeurs se développaient très lentement, étant peu agressives.

Cependant, chez les patients atteints du SIDA, ce cancer peut se développer beaucoup plus rapidement, en affectant en plus de la peau d’autres zones du corps comme le tube digestif, les poumons ou d’autres organes.

Chez les personnes ayant le SIDA, le sarcome de Kaposi est causé par une interaction entre le VIH, un système immunitaire fragilisé, et l’herpes-virus humain 8 (HHV-8). Le sarcome de Kaposi a été associe à l’infection du VIH et du HHV-8 par le biais de l’activité sexuelle. 

On peut aujourd’hui décrire 4 formes de tumeurs :

- forme classique. Elle fut la première décrite et elle affecte surtout les hommes de plus de 60 ans des régions orientales de la Méditerranée. C’est une affection avant tout cutanée et à progression lente.

- forme endémique. Localisée surtout en Afrique Centrale et Orientale, et avec un cours plus agressif avec dissémination sur les os, c’est une variante qui affecte les jeunes enfants, sans affectation de la peau.

- forme provenant d’une greffe. Certaines situations d’immunodépression, comme une greffe, sont aussi associées au risque de souffrir d’un sarcome de Kaposi.

- forme associée au VIH. Ce fut précisément la coïncidence dans un bref espace de temps d’une quantité inusuelle de cas chez les hommes homosexuels de Californie, qui donna l’alerte sur l’apparition du Syndrome d’Immunodéficience Acquise (SIDA). 

Quels sont les symptômes ?

Les lésions se présentent en général sous l’apparence de protubérances sur la peau de couleur rouge bleutées ou pourpres. Cette couleur est due à la présence de divers vaisseaux sanguins. Ces lésions peuvent apparaître sur toutes les parties du corps (aussi dans les tissus internes comme les poumons ou les intestins, avec le risque que dans ces cas précis, les lésions peuvent finir par saigner). D’autre part, les lésions des poumons peuvent provoquer d’autres manifestations comme des toux accompagnées de sang ou des difficultés à respirer. 

Comment obtenir un diagnostic ?

La détection du sarcome de Kaposi inclut des tests pour examiner la peau, les poumons et le tube digestif (bronchoscopie, tomographie axiale assistée par ordinateur (CT-scan) endoscopie ou biopsies de la peau). Un bon diagnostic devrait aussi inclure une étude de l’extension de la maladie. 

Quelles sont les options de traitement ?

Le traitement dépend de l’état du système immunitaire (immunodépression de la personne), de la quantité et localisation des tumeurs, et des symptômes que la personne présente.

Les lignes de traitement incluent : une thérapie antivirale face au VIH (étant donné qu’il n’existe pas de traitement spécifique pour le HHV-8), une combinaison de divers médicaments de chimiothérapie, la congélation des lésions, et la radiothérapie. 

Quel est le pronostic ?

Le pronostic est étroitement lié à l’état du système immunitaire de la personne, ainsi qu’à la charge virale du VIH présente dans son sang.

Les complications pouvant apparaître sont : une toux (souvent accompagnée de sang), et de la difficulté à respirer si la maladie est située sur les poumons. Il peut aussi se développer une inflammation dans les membres inferieurs pouvant être accompagnée de douleurs ou provoquer des infections si la maladie affecte les ganglions lymphatiques.

Le sarcome de Kaposi est, pour autant, une complication grave pour une personne atteinte du SIDA, et qui peut réapparaître même après le traitement.

Cancer de la peau, Diagnostic, Symptôme, Diagnostic

Auteur : Purificación Salgado, Journaliste

Dernière modification: 13 juin 2016

© People Who Global, iStock.com/Amazingmikael-2

S'abonner au Magazine