Aislamiento_bipolar_700x466

Trouble schizo-affectif de type bipolaire

Qu’est-ce que le trouble schizo-affectif de type bipolaire ? Quels en sont les symptômes et les options de traitement ?

Des altérations de l’état anémique et des symptômes caractéristiques de la psychose : c’est ainsi que nous pourrions grossièrement définir le trouble schizo-affectif, une maladie pouvant se déclarer à tout moment de la vie, mais qui apparaît plus généralement entre 15 et 25 ans. Ce nom a été employé pour la première fois en 1993 par le psychiatre Jacob Kasanin pour se référer à une sous-catégorie de schizophrénie au pronostic assez bon.

De ce que l’on sait aujourd’hui, le trouble schizo-affectif est moins courant que la schizophrénie ou les troubles de l’état animique, et touche plus fréquemment les femmes.

Il existe deux types de troubles schizo-affectifs : le type bipolaire, et le type dépressif. Alors que le type dépressif fait référence aux personnes qui présentement des symptômes psychotiques uniquement dans les phases de dépression, le type bipolaire décrit celles qui expérimentent des symptômes psychotiques aussi lorsqu’elles ne sont pas déprimées.

Les personnes qui souffrent d’un trouble schizo-affectif de type bipolaire développent leur maladie de la même manière que celles qui souffrent de trouble bipolaire de type 1 (en expérimentant des phases de manie et de dépression), mais elles présentent en plus des symptômes psychotiques lorsqu’elles ne traversent aucune de ces étapes : elles souffrent de symptômes psychotiques lorsqu’elles sont en euthymie, en phase stable. 

Quels sont les symptômes ?

Bien que cela diffère chez chacun, les personnes qui souffrent de ce trouble présentent souvent des symptômes de psychose et de changements de l’état anémique qui se manifestent plus concrètement comme :

- des changements de l’appétit et de l’énergie. Ainsi que tout autre symptôme qui pourrait s’apprécier en état maniaco-dépressif

- un discours désorganisé et illogique. La personne pense de manière accélérée, les idées se mélangent, sont dispersées, et souvent, elles manquent de sens

- de fausses croyances ou des délires, comme penser que quelqu’un essaie de lui faire du mal (paranoïa) ou qu’il peut interpréter des messages occultes dans des lieux communs (délires de référence)

- manque d’intérêt en ce qui concerne son hygiène personnelle

- difficultés à trouver le sommeil et problèmes de concentration. La personne se distrait facilement et elle a des difficultés à rester concentrée sur une tâche très longtemps.

- tristesse ou désespoir, un des symptômes les plus caractéristiques des moments de dépression.

- voir ou écouter des choses qui n’existent pas (hallucinations).

- verborrhée. La personne parle beaucoup et il est parfois presque impossible de l’interrompre.

- isolement social. Elle tend à couper contact avec les autres, en agissant comme si elle vivait dans son « propre monde ». 

Comment prendre en charge le trouble schizo-affectif de type bipolaire ?

Tous comme les symptômes, le traitement aussi peut varier. Dans tous les cas, il est important de se rendre chez un spécialiste pour confirmer le diagnostic et commencer à traiter la maladie. En général, le psychiatre emploie des antipsychotiques pour traiter les symptômes psychotiques, et des antidépresseurs ou stabilisateurs de l’humeur pour essayer de contrôler les altérations de l’état animique. De la même manière, la psychothérapie joue un rôle primordial. Elle peut être d’une grande aide au moment de traiter des sujets comme l’adhésion au traitement, la connaissance de la maladie, la résolution de problèmes ou le maintien de relations interpersonnelles. Pour sa part, la thérapie de groupe peut être très utile pour affronter d’autres problèmes, comme l’isolement social.

Les personnes souffrant de trouble schizo-affectif de type bipolaire ont plus de chances de réussir à contrôler la maladie que celles qui souffrent d’autres troubles psychotiques plus sévères. Cependant, il est important de suivre à la lettre son traitement. Un traitement long, auquel tout le monde ne répond pas de la même manière, ni à la même vitesse.

 

Schizophrénie, Diagnostic, Traitement non pharmaceutique, Symptôme, Médication, Diagnostic

Auteur : Purificación Salgado, Journaliste

Dernière modification: 6 juin 2016

© People Who Global, iStock.com

S'abonner au Magazine